les AZA AGAINST TAULES et CRA


Poster un commentaire

Insalubrité et sur-occupation à la maison d’arrêt des femmes de Mulhouse


Entre les lignes entre les mots

Cellules insalubres, infrastructures vétustes, hygiène défaillante, surpopulation chronique, absence d’intimité… Des femmes détenues à la maison d’arrêt de Mulhouse dénoncent leurs conditions de détention indignes. Alors que cette situation perdure depuis plusieurs années, des travaux de rénovation, annoncés en 2017, n’auraient toujours pas été réalisés. Une information que l’OIP n’a pu vérifier auprès de la direction de l’établissement, qui refuse de répondre à ses sollicitations.

Voir l’article original 502 mots de plus

Publicités


Poster un commentaire

Décès d’un détenu : affrontements à La Reynerie (Toulouse) – 17 avril 2018



Poster un commentaire

Décès d’un détenu à la maison d’arrêt de Seysses : affrontements à La Reynerie (Toulouse)- 15 avril 2018



Poster un commentaire

Risque d’expulsion vers le Soudan / CRA de Metz


Implacable injustice de l’accord Dublin !

Passeurs d'hospitalités

La politique d’expulsion vers le Soudan continue (voir ici, ici, ici, ici, ici, ici , et ). Il s’agit cette fois d’une personne enfermée au centre de rétention de Metz.

M. a été renvoyé de Hollande, car demandeur d’asile en France. Sa demande rejeté, mais peu importe, Dublin est appliquée.
Ils se trouve maintenant en rétention depuis quelque jours, il risque l’expulsion a tout moment.

Ce que vous pouvez faire :

Interpeller le ministre de l’intérieur pour demander de stopper l’expulsion :

sec.immigration@interieur.gouv.fr

Écrire un message ou téléphoner au préfet de la Moselle, Didier Martin, auteur de la décision d’expulsion, pour lui demander de l’annuler :

formulaire de contact : http://www.moselle.gouv.fr/Contactez-nous

pref-webmestre@moselle.gouv.fr

Téléphone : +33 3 87 34 87 34

E-mail : didier.martin@moselle.pref.gouv.fr

Voici le communiqué de ses ami.es:

« Notre ami n’est pas un cas isolé… Mais pour nous, ce n’est…

Voir l’article original 378 mots de plus


Poster un commentaire

Gardiens de prison : affrontements à Fleury Mérogis – 19 janvier 2018



2 Commentaires

OUVREZ LES PRISONS ! LICENCIEZ LES “FORCES DE L’ORDRE”!



Poster un commentaire

GRÈVE DE LA FAIM AU CENTRE DE RÉTENTION DE RENNES


Lignes de force

Rennes: Vendredi 19 février dernier, une jeune femme roumaine âgée de 18 ans a fait une fausse-couche en rétention, malgré ses demandes insistantes pour être conduite à l’hôpital.
Mardi 23 février, c’est un retenu sénégalais malade qui a tenté de se pendre. C’est son troisième séjour en rétention et la troisième fois qu’il est hospitalisé au CHRS de Rennes. Le juge administratif avait jugé son état incompatible avec l’enfermement lors d’un précédent placement.
Pour dénoncer ces drames, les retenus ont cessé de s’alimenter depuis ce matin. Ils réclament notamment «leur liberté et le respect de leurs droits fondamentaux»  dans un texte:
Capture d’écran 2016-02-25 à 11.54.23
Capture d’écran 2016-02-25 à 11.54.32
Capture d’écran 2016-02-25 à 11.54.43

Voir l’article original


Poster un commentaire

Débat au CIRA de Marseille: Un beau livre contre les bagnes, présenté par J.-M. Delpech



Poster un commentaire

Travail et Prison: 375 Universitaires militent pour un droit du travail en zonzon…………….et le Conseil Constitutionnel


Travail et Prison: 375 Universitaires militent pour un droit du travail en zonzon…………….et le Conseil Constitutionnel

les AZA subversifs

…….a jugé vendredi conforme à la Constitution la législation actuelle encadrant le travail en prison. Quelque 16 000 détenuEs travaillent aujourd’hui, parfois pour presque rien.

droit du travail en prison Ca avance le Meccano? ……..Autant que le Mec au gnouf!!!

On eût aimé que les membres du Conseil Constitutionnel Sanfrais (enfin juste les frais de bouche) aille  (aïe, aïe aïe!!!! ) faire un petit tour en zonzon.

Par exemple, Valérie Y’ s’ Gare d’ Instinct (toujours bien Placé, mon Vincent) coupable de la Loi de 73 qui est à l’ origine de la dette sans fraises (même sous serre) et qui a fait gagner des milliards aux banksterEs du Privé.

Si le slogan « Ne vivons plus comme des esclaves » de Youlountas et des libertaires grecQUEs t’ a un peu remué le neurone, que penser de ce que l’ administration  pénitentiaire fait subir à ces sous-citoyenNEs?

Tout juste considéréEs dans la hiérarchie bourgeoise comme au-dessous des chômeurEs, qui…

Voir l’article original 148 mots de plus


Poster un commentaire

CONTRE LES PRISONS POUR MINEUR(E)S …et les autres: SOLIDARITÉ À TOULOUSE