les AZA AGAINST TAULES et CRA


4 Commentaires

Florence Cassez libre, Hollande heureux….


 

Hollande heureux que « la justice prévale »

 

florence-C

 

-« Dans un communiqué, François Hollande a immédiatement salué la décision, ajoutant que « la France remerci(ait) tous ceux qui, au Mexique comme dans notre pays, se sont engagés pour que la vérité et la justice prévalent ». « C’est une période particulièrement douloureuse qui prend fin », a ajouté le président de la République. »-

_________________________________

Cinq ans déjà, Sept ans de placard et condamnée depuis Cinq ans à soixante piges à passer derrière les barreaux au terme d’une monstrueuse machination hyper spectacularisée!!!!

Et enfin, Florence Cassez peut sortir du zonzon, retrouver ses amis et ses proches…

Ceci sans devoir grand chose aux Média tartuufes qui auront pour beaucoup contribué à l’y enliser dans le gras de leurs colonnes.

Notre Président -qui ne semble pas avoir beaucoup montré ses « petits poings » dans cette affaire-là- se déclare maintenant « heureux«  de l’ issue bien tardive de cette comédie bien tragique… Comme c’est « touchant »!

Quant à nous qui nous réjouissons aussi pour elle,  nous constatons que nous en avons encore pour cinq ans avec le Général Françou à moins que la guerre sociale ne nous en défasse et nous épargne aussi ses éventuels successeurs déjà nombreux dans les starting-bloks.

Puisses-tu Florence retrouver ici avec tes amiEs les moyens de te reconstruire et de vivre loin de tous les cachôts. Fais gaffe tout de même, tous vont tenter dès demain de te foutre le grappin dessus, journalistes, éditeurs, plumitifs, scénaristes divers, sensationnalistes de tout poil….

Surtout: Prends garde à toi.

Steph.


2 Commentaires

Nouvelles de Mike, condamné suite à l’explosion du 1er mai 2009 à Chambéry


LUNDI 22 OCTOBRE 2012

 

 

 

Non Fides – Base de données anarchistes
à moi
Traduire le message

Le 16 octobre 2012, j’ai été convoqué chez une JAP (juge d’application des peines) pour discuter des formes que prendra la condamnation à une année de prison dont 6 mois avec sursis simple prononcée contre moi au procès du 25 mai 2012 en relation avec l’explosion du 1er mai 2009 à Cognin (73).

Après de longues et nombreuses réflexions, je suis finalement resté dans une ligne politique proche de la rupture face aux autorités juridiques tout en plaçant cette rupture dans un profond conflit avec le concept même d’autorité et les dérives carcérales et étatiques qui en découlent. J’ai également refusé d’entrer dans les cases de la sédentarisation et du travail salarié, confirmant ainsi ma détermination à ne pas m’intégrer dans leur misère sociale.

Les conséquences de ma position, et ma volonté de ne pas entrer dans un dialogue et une pacification du conflit nous opposant ont fait que la question même des aménagements de peines n’ont pas été abordés par l’AP (administration pénitentiaire) et que je suis convoqué le 7 janvier 2013 à la M.A. (maison d’arrêt) de Chambery pour y purger le restant de cette peine (4 mois fermes, 2,5 mois en comptant les hypothétiques remises de peines).

Contrairement à ce que prétend la justice, qui essaya en vain de me le faire signer, ce n’est pas une détention volontaire, c’est la visibilisation d’un rapport de force où les armes sont inégales et leur pouvoir de nuisance sur ma vie est tel que j’ai décidé (en gardant la possibilité de changer d’avis) de me rendre en prison.

Malgré ce rapport de force, mon désir d’un monde sans domination n’en est que renforcé et ma détermination à lutter contre toutes les formes d’autorité ne peut qu’être de plus en plus grande. J’en profite également pour remercier les divers groupes et individus ayant partagé les discussions et les réflexions qui m’ont aidé à aboutir à mes prises de positions actuelles. Lors de ma mise en détention, mon adresse ainsi que mon numéro d’écrou seront diffusés et les courriers seront les bienvenus. Parce qu’ici et ailleurs, nos existences et nos espaces de vies ne sont pas aménageables, détruisons ce qui nous détruit et finissons-en du concept d’autorité et de domination. {{Que crève ce monde de merde !!!}} {Mike}. ____ {{{Semis de Liberté}}}

{{ {réflexions autour des aménagements de peine} }}

Suite au verdict et aux diverses formes d’enfermement pouvant en découler, il me semble important d’essayer de mettre en mots quelques unes de mes réflexions. En comptant les deux mois déjà passés en préventive, il me reste donc 4 mois fermes à purger et 6 mois avec sursis pour les 5 prochaines années.

Spontanément, mon premier réflexe fut l’envie de fuir cette situation, mais rapidement j’ai été découragé par l’isolement, l’énergie et les moyens techniques que requiert une cavale en bonne et due forme et la peur de voir mon quotidien, mes projets et mes liens sociaux rythmés une fois de plus par la psychose de l’enfermement.

Malgré ma volonté politique d’insoumission à l’AP (administration pénitentiaire) et le désir de leur rendre la tache la plus dure possible, j’ai quand même rapidement conclu que ma fuite causerait plus de dégâts sur ma vie et celle de mon entourage que les quelques mois d’enfermements prononcés contre moi. J’ai donc essayé de me projeter dans les diverses formes que pourrait prendre mon enfermement afin d’anticiper les conséquences qu’aura cette condamnation dans mon quotidien et celui de mes proches.

Face aux différents types de détentions mis en place par l’AP pour les courtes ou fin de peines (semi-liberté, bracelet électronique), de nombreuses questions concernant ces différents aménagements de peine sont apparues et se sont affinées au fil des réflexions individuelles et collectives. _ C’est donc sur la dualité entre le « choix » de l’aménagement de peine et celui de la prison ferme que va se porter la suite de ce texte.

Parce que le choix d’un aménagement de peine comme amélioration du quotidien n’est valable que dans une logique carcérale, il est donc primordial pour moi de me poser de réelles questions sur les formes que peut prendre l’enfermement durant cette période, afin que ma « décision » ne soit pas conditionnée par l’AP mais le fruit de réflexions collectives et individuelles visant à limiter les conséquences des contraintes en découlant, tout en gardant une cohérence politique.

Dans une situation ou les aménagements de peine permettent d’augmenter massivement le nombre des personnes sous contraintes carcérales tout en réduisant considérablement leurs coûts, ils introduisent quotidiennement ces contraintes au sein même des sphères publiques et privées de la population et garantissent une main d’œuvre docile et exploitable à moindre prix grâce aux moyens de chantage et de contraintes encore plus importants que dans une situation salariale classique, il m’est impossible de ne pas être sceptique face aux pratiques judiciaires visant à étendre l’enfermement hors des murs des prisons.

Il est cependant vrai qu’un aménagement de peine peut permettre d’avoir plus de lien sociaux avec nos proches car les possibilités de rencontres et de communications ne sont plus soumises au formalisme et à l’arbitraire des parloirs, que sans l’intermédiaire et les limitations des cantines et avec la possibilité de pouvoir cuisiner, de se procurer nos aliments, de se doucher quand nous le désirons, d’entretenir une partie de sa vie sociale, affective et sexuelle… on conserve une bien plus grande autonomie dans ce qu’il reste d’un quotidien en comparaison de celui vécu entre les murs d’une prison. _

Mais cela est-il vraiment représentatif de la réalité d’un aménagement de peine ? Dans ma situation personnelle de refus de la sédentarisation et du travail salarié, aménager cette peine reviendrait inévitablement à participer à l’élaboration des formes de la sanction et par conséquent faire du partenariat avec l’AP. Durant les quelques années vécues sous contrôle judiciaire, j’ai eu le temps et les occasions pour affiner quelques réflexions sur les contraintes carcérales hors des murs, j’ai pu constater que lorsqu’on est « enfermé dehors », nos attentes se tournent automatiquement vers notre entourage et, quels que soient les outils mis en place, les déceptions apparaissent. _

Faire le choix d’un aménagement de peine reviendrait donc à avoir des frustrations vis à vis de mes proches au lieu de les diriger contre l’état qui est à la base de mes oppressions.

Vivre une réalité carcérale à l’extérieur me mettrait dans une situation d’isolement puisque je me retrouverais seul à vivre cette oppression parmi des gens avantagé.e.s sur leur liberté de mouvement. Vivre une telle situation d’isolement entrainerait obligatoirement des hiérarchies sur la répartition des tâches et des attentes affectives au sein de mes relations sociales et, même avec une réelle volonté et en y mettant une attention particulière, il me serait impossible que les conséquences ne s’incrustent pas dans mes liens sociaux et envers mes proches.

Etre enfermé dans une cellule dont la porte reste ouverte m’obligerait à refaire le choix de l’enfermement à chaque fois que je serais tenté de la franchir, cela reviendrait à m’autodisipliner continuellement de sorte à m’interdire toutes pulsions visant à mon émancipation sociale, politique et affective.

Dans un mode de vie collectif cela reviendrait à partager les rôles de matons et entrainerait inévitablement des relations sociale ou la répression se mélangerait aux autres paramètres demandant une gestion quotidienne. Dans ma période de contrôle judiciaire, j’ai aménagé mon équilibre social en créant des brèches dans les contraintes imposées et accepter un bracelet électronique reviendrait à supprimer ces espaces de liberté sans lesquels mon équilibre social ne peut qu’être lourdement affecté.

Cependant, les réalités carcérales actuelles ne permettent pas de connaître sa date de sortie puisque à tout moment, une infraction commise en détention peut aboutir à une nouvelle condamnation et entrainer donc un allongement de la durée de l’incarcération.

Ayant des revendications et essayant d’avoir des pratiques anti-autoritaires dans mon quotidien, il m’est difficile d’imaginer une réalité carcérale sans conflit avec l’AP et cela reviendrait à me projeter dans une période ou je serais sans cesse tenté d’étouffer ma conscience et mes instincts de révolte dans la perspective de ne pas prendre de peine supplémentaire en cours de détention.

Faire le choix d’être incarcéré reviendrait à perdre le contrôle sur les formes que prendrait cette condamnation et laisserait la possibilité à l’AP d’organiser mon quotidien durant la période d’enfermement, de choisir le lieux d’incarcération, d’avoir un regard sur mes liens sociaux à l’extérieur via les parloirs, les courriers, etc.

Ce choix entrainerait également que mes amitiés soient affectées par une séparation physique et reposeraient presque uniquement sur la confiance existante et celle pouvant être créée et entretenue par la solidarité via des actions, du courrier ou des parloirs et mon entourage physique sera très restreint et limité aux quelques personnes ayant un droit de visite.

Sans une attention particulière aux ressentis de chaque personne de mon entourage, il me paraît probable qu’une certaine hiérarchisation entre mes relations soit accentuée et puisse être une source de conflit chez des personnes déjà suffisamment affectées par la situation. Mais ce choix reviendrait également à construire de nouveaux liens sociaux dans mon quotidien sans déséquilibre puisque je le partagerais avec des personnes vivant la même réalité carcérale et que cela me pousserait à diriger mes frustrations sur les causes de mes oppressions et non contre mes proches.

Dans ma période d’incarcération préventive, j’ai le souvenir de fantasmer sur le monde extérieur, sur la force de mes relations affectives et d’avoir envie de croquer la vie à pleines dents dès ma sortie. Face aux souvenirs de déprime et de frustrations sociales ressenties lors du début de mon contrôle judiciaire et de mes difficultés à retrouver un épanouissement social et affectif, il me parait plus confortable de me projeter dans une réalité carcérale afin de me préserver de mes frustrations sociales que de me projeter dans une situation où de nombreux éléments me rappelleraient une période de ma vie particulièrement éprouvante.

J’ai également conscience que le décès de Zoé m’a plongé dans une réalité où tout mon équilibre social et affectif a été modifié. Les quelques mois de détention me permirent de vivre cela isolé dans une sorte de bulle et je n’ai eu réellement conscience du vide occasionné par sa mort et de ses conséquences dans ma vie qu’une fois sorti de prison.

Ma détention préventive s’ajoutant à une situation de reconstruction physique et psychique, j’ai vécu cette période dans un mode de survie et que je n’ai laissé que peu de place à mes sentiments et frustrations, et que ceux ci n’ont pu apparaître qu’une fois sous contrôle judiciaire.

En écrivant ces quelques lignes, je me rend compte qu’il est difficile pour moi d’être rationnel dans ce que je ressens face à la dualité bracelet-prison car cela fait référence à des périodes complexes de ma vie, dont je n’ai pas encore pris suffisamment de recul pour affronter et comprendre le rôle de la répression, du deuil, des répercussions physiques de l’accident, les nombreuses autres conséquences affectives et leurs liens avec ma situation actuelle.

Parce qu’au final ce choix n’est pas le mien, et que jamais je ne ferai le choix d’être enfermé dans une prison ou sous surveillance électronique, mon choix se limite à éviter l’aménagement de peine ou la détention en régime fermé.

D’un point de vue personnel, je n’arrive toujours pas à anticiper la position que je prendrai face au JAP (juge d’application des peines), si je tenterai ou non d’aménager ma peine, et je trouve primordial d’avoir la liberté de changer d’opinion autant de fois que nécessaire.

Cependant, ma conscience politique et mes pratiques de lutte anti-autoritaire font que si je cherche une cohérence, je ne peux qu’être contre les aménagements de peine et que l’option rendant la tâche la plus difficile et la plus couteuse à l’AP est celle de la détention en régime fermé. Mais il me parait indispensable d’être également attentif à mon équilibre affectif et social au moment où j’y serai confronté afin qu’un dogme politique ne soit pas le seul paramètre qui influence ma position.

Le plus important à mes yeux n’est donc pas la décision finale résultant de cette situation mais les outils permettant de construire et d’affiner des réflexions autour de cette question, et faire en sorte qu’elles puissent alimenter des discussions et des pratiques, collectives comme individuelles, dans les luttes anti-carcérales et anti-autoritaires de cette société. {{Force et courage à celleux qui luttent contre toutes formes d’enfermement}}

{Mike}.

 

{Pour un contact, des critiques ou autre : soutien25mai [a] riseup.net}


Editeur : Non Fides – Base de données anarchistes
http://www.non-fides.fr


1 commentaire

CETA mettre à la poubelle, comme ACTA


Ci-joint les informations du site de la Quadrature du Net à relayer sans modération.

Concernant la CETA, si on n’a pas envie de lire toutes les infos qui vont suivre, voilà un petit aperçu qui permet de comprendre ce qu’est que ce nouvel accord qu’on nous concocte dans le dos, après avoir mis, un peu trop facilement ACTA aux soi-disant oubliettes.

CETA, pour Canada-EU Trade Agreement (en français Accord Économique et Commercial Global (AÉCG)) est un vaste accord commercial négocié depuis 2009 entre le Canada et l’Union européenne qui est actuellement en phase de finalisation.

Ainsi, il pourrait être signé avant la fin de l’année 2012 par tous les protagonistes qui sont intéresser à museler le Net.

Quelques jours seulement après le rejet de l’ACTA au Parlement européen, une version fuite du chapitre consacré à la protection de la propriété intellectuelle de CETA. Et surprise! Cette version publiée reproduit mot pour mot les pires passages d’ACTA. De nombreux analystes y voient également dans CETA une réécriture des traités OMPI et ADPIC (OMC).

Cette fois donc, c’est à travers le CETA que la Commission européenne tenter de contourner les institutions démocratiques pour d’imposer les mesures répressives déjà rejetées par les citoyens et le Parlement européen.

À l’instar d’ACTA, CETA représente non seulement une menace majeure pour la liberté d’expression en ligne, mais est aussi porteur d’insécurité juridique pour les acteurs d’Internet.

On nous chercherait des poux dans la tête qu’on ne s’y prendrait pas mieux!

C’est pourquoi une mobilisation générale des internautes est nécessaire pour envoyer les élaborateurs de ces lois liberticides aux pives une bonne fois pour toute!

CETA aux WC!!!

(et tirons l’eau!)

Message de la Quadrature du Net:

Concernant les dossiers, La Quadrature du Net suit de près les évolutions des négociations de CETA, l’accord commercial Canada-UE reproduisant (dans une fuite datée de février 2012) mot pour mot certains chapitres d’ACTA. Alors que l’accord est sur le point d’être finalisé, nous publions notre nouveau web-dossier <http://www.laquadrature.net/ceta> sur ce sujet, et appelons les citoyens et députés européens à rester mobilisés contre les mesures répressives que la Commission européenne tente à nouveau d’imposer, en s’apprêtant le cas échéant à rejeter CETA en bloc.

Nous suivons également avec attention les préparations du WCIT, la conférence destinée à réviser le règlement sur les télécommunications internationales (ITR), et en particulier les  mendements proposés par le lobby des télécoms ETNO s’attaquant à la Neutralité du Net <http://www.laquadrature.net/fr/les-operateurs-dominants-partent-en-guerre-contre-la-neutralite-du-net-via-litu>.

Aux côtés de l’UFC-Que choisir et du Samup (Syndicat des artistes, musiciens, chanteurs, danseurs et enseignants), La Quadrature a décidé de ne pas participer  http://www.laquadrature.net/fr/pourquoi-nous-ne-participerons-pas-a-la-mission-lescure> aux consultations de la mission Lescure, à cause du conflit d’intérêt manifeste que présente la présidence de Pierre Lescure, et de la nature anti-démocratique de l’organisation même de la mission. Nos propositions <http://www.laquadrature.net/fr/elements-pour-la-reforme-du-droit-dauteur-et-des-politiques-culturelles-liees> pour adapter le droit d’auteur et le financement de la culture à l’ère numérique sont déjà publiques, et nous ne cautionnerons pas cette mascarade de débat et la continuité de la politique répressive de Nicolas Sarkozy.

Enfin l’action du co-fondateur et porte-parole de La Quadrature du Net, Jérémie Zimmermann a été récompensée pour « avoir été déterminante dans la bataille contre ACTA » par un « Pioneer Award » de l’Electronic Frontier Foundation (EFF) <http://www.laquadrature.net/fr/laction-du-co-fondateur-de-la-quadrature-du-net-jeremie-zimmermann-recompensee-par-un-trophee-de-lef> distinguant les « précurseurs agissant à la frontière numérique pour étendre la liberté et l’innovation dans le domaine des technologies de l’information ».

CETA

* Les membres du Parlement européen doivent se tenir prêts à rejeter    l’accord commercial Canada-UE, clone d’ACTA
<http://www.laquadrature.net/fr/les-membres-du-parlement-europeen-doivent-se-tenir-prets-a-rejeter-laccord-commercial-canada-ue-clon> (LQDN)
* La Quadrature du Net appelle les députés à rejeter CETA, clone d’ACTA
<https://www.laquadrature.net/fr/pcinpact-la-quadrature-du-net-appelle-les-deputes-a-rejeter-ceta-clone-dacta> (PCINpact)

HADOPI

* Pourquoi nous ne participerons pas à la mission Lescure
<http://www.laquadrature.net/fr/pourquoi-nous-ne-participerons-pas-a-la-mission-lescure> (LQDN)
* LQDN, l’UFC-Que choisir et le Samup claquent la porte de la mission Lescure
<http://www.pcinpact.com/news/74064-lqdn-l-ufc-que-choisir-et-samup-claquent-porte-mission-lescure.htm> (PCINpact)
* Le téléchargement jugé légal au Portugal
<http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20120927.OBS3877/le-telechargement-juge-legal-au-portugal.html> (Le Nouvel Obs)
* Hadopi : un premier internaute condamné
<http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/09/13/hadopi-un-premier-internaute-condamne_1759845_651865.html> (Le Monde)

Neutralité du Net

* Les opérateurs dominants partent en guerre contre la neutralité du Net via l’ITU
<http://www.laquadrature.net/fr/les-operateurs-dominants-partent-en-guerre-contre-la-neutralite-du-net-via-litu> (LQDN)
* Le gouvernement doit s’engager à légiférer rapidement sur la neutralité du Net
<http://www.laquadrature.net/fr/le-gouvernement-doit-sengager-a-legiferer-rapidement-sur-la-neutralite-du-net> (LQDN)
* Partouze malsaine rue de Valois – entretien avec Jérémie Zimmermann
<https://www.laquadrature.net/fr/ragemag-partouze-malsaine-rue-de-valois-entretien-avec-jeremie-zimmermann> (Ragemag)
* L’impossible loi sur la neutralité du Net
<http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20120924.OBS3353/l-impossible-loi-sur-la-neutralite-du-net.html> (Le Nouvel Obs)
* L’Arcep se penche sur les connexions entre acteurs d’Internet
<http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/09/21/l-arcep-se-penche-sur-les-connexions-entre-acteurs-d-internet_1763721_651865.html> (Le Monde)
* Bercy estime qu’il n’y a pas d’urgence à légiférer sur la neutralité du Net
<http://www.pcinpact.com/news/73956-bercy-estime-qu-il-n-y-a-pas-d-urgence-a-legiferer-sur-neutralite-net.htm> (PCINpact)
* Proposition de loi sur la neutralité du Net en France
<http://www.linformaticien.com/actualites/id/26280/proposition-de-loi-sur-la-neutralite-du-net-en-france.aspx> (L’Informaticien)

Protection des données

* Le bug présumé de Facebook pris en exemple par La Quadrature du Net
<http://www.pcinpact.com/news/74105-le-bug-presume-facebook-pris-en-exemple-par-la-quadrature-net.htm> (PCINpact)

Participer

Vous pouvez aider La Quadrature en diffusant ses publications sur vos blogs, par Twitter <https://twitter.com/laquadrature>, Identi.ca <https://identi.ca/laquadrature>, vos réseaux sociaux, listes de discussion… Bref, en « buzzant ».

Vous pouvez également participer à notre liste de discussion <https://laquadrature.net/cgi-bin/mailman/listinfo/discussion> ou échanger sur notre chat <http://lqdn.fr/chat> (ou directement sur notre canal IRC : #laquadrature sur irc.freenode.net).

D’autres façons concrètes d’aider
<https://www.laquadrature.net/wiki/Comment_aider> sont proposées sur le wiki <https://www.laquadrature.net/wiki> de la Quadrature. Enfin, si vous en avez les moyens, vous pouvez également nous soutenir <http://lqdn.fr/soutien> en effectuant un don.

Pour vous inscrire à la newsletter, envoyez un email à
actu-subscribe@laquadrature.net
<https://www.laquadrature.net/fr/newsletter/actu-subscribe@laquadrature.net>
Pour vous désinscrire, envoyez un email à
actu-unsubscribe@laquadrature.net
<https://www.laquadrature.net/fr/newsletter/actu-unsubscribe@laquadrature.net>